La check-list pour un enterrement écologique et pas cher en France

En France, l'inhumation et la crémation sont les deux grandes options après un décès. Celles-ci peuvent intégrer une liste de prestations loin d'êtres vertes. Cependant, quelques petites choses simples peuvent facilement être mises en place pour un enterrement plus écologique en France. Vous pourrez aussi faire des économies non négligeables grâce à des matériaux locaux, éthiques ou encore biodégradables. Voici la check list des bonnes pratiques à suivre.

Comment organiser un enterrement écologique à moindre coût ?

Il est possible d'organiser un enterrement écologique en France en respectant les dernières volontés du défunt. De la crémation à l'inhumation, quelques gestes simples peuvent** réduire l'impact environnemental des obsèques**.

Comprendre l’impact des obsèques sur l’environnement

Pour comprendre pourquoi de plus en plus de français recherchent des solutions alternatives, il est important de comprendre l'effet des obsèques sur l'environnement.

Que dit la loi en France ?

La législation française est très stricte et ne laisse que peu de marge de manœuvre pour miser sur des options écologiques. Nous avons le choix entre l'inhumation et la crémation.

  • L’inhumation est ce qu'on appelle plus communément l'enterrement. Le corps du défunt est déposé dans un cimetière après avoir été placé dans un cercueil.
  • La crémation consiste quant à elle en une incinération du corps du défunt. Les cendres peuvent ensuite être placées dans un cimetière, dispersées dans la nature ou bien conservées dans une urne.

Inhumation ou crémation ?

La question de l'inhumation ou de la crémation est un choix personnel, qui doit idéalement revenir au défunt. N'hésitez pas à recueillir les dernières volontés de vos proches. Dans cet article, il est davantage question de savoir quelle solution est la plus écologique et économique.

Contrairement aux idées reçues, c'est bel et bien l'inhumation qui est la plus polluante. Elle aurait un impact environnemental plus de 3 fois supérieur à la crémation. C'est en fait la création des sépultures qui est responsable de cette forte pollution. Pour créer un monument de ce genre, on estime que plus de 1200 kg de CO2 seront rejetés.

Il existe bien entendu des alternatives, comme l'enterrement en pleine terre, qui émet jusqu'à 10 fois moins de CO2.

Le prix d’un enterrement

Le prix d’un enterrement est en moyenne de 4 000 €. Ce tarif ne prend pas en compte le coût de la concession. Il s'agit en quelque sorte du droit d'enterrer un défunt dans un cimetière. Pour une concession à perpétuité, il faut généralement compter 8 000 €.

Sur certains territoires très prisés, comme en région parisienne, la note peut même s'élever à plus de 15 000 €. Afin de diminuer le coût des obsèques, regardez bien tous les services inclus dans le devis des pompes funèbres.

Pour une crémation, il faudra compter entre 3 500 et 4 000 €. En revanche, en fonction de ce que vous choisirez de faire des cendres, vous n’aurez potentiellement pas à payer de concession.

Les gestes auxquels penser pour des funérailles écologiques et économiques

Même dans le cadre imposé par la France, il est possible d’envisager un enterrement écologique. Il vous suffit d'adopter les bons gestes !

Pour l’inhumation

Commençons tout d'abord par l'alternative la plus polluante. Vous pouvez faire en sorte de réduire l'impact environnemental de l'inhumation.

Limitez les soins de conservation

La thanatopraxie regroupe l'ensemble des soins apportés au corps du défunt. Ils ont généralement pour but de pouvoir présenter le corps à la famille pendant plusieurs jours. Pour beaucoup, cela représente une étape essentielle du deuil, qui permet de faire un dernier adieu.

Pour parvenir à conserver le corps, des thanatopracteurs utilisent des produits chimiques reconnus comme étant cancérigènes. Ils sont également polluants, que vous choisissiez l'inhumation ou la crémation.

Idéalement, pour un enterrement écologique, il faudrait donc éviter la thanatopraxie. Sachez néanmoins qu'il existe des cas où les soins de ce genre de prestations sont une obligation légale. Si le corps doit être rapatrié de l'étranger, il faudra par exemple se plier à la règle.

Pensez aux objets et à la tenue du défunt

Quelle que soit l'épaisseur du cercueil ou encore la matière qui le compose, le corps et tous les effets personnels du défunt finissent par se dégrader. Il vous appartient donc de choisir des objets biodégradables pour un enterrement écologique.

Vous pouvez aussi privilégier les** vêtements éco-responsables et locaux**. Pourquoi ne pas miser sur une tenue en lin made in France ?

Cercueil en bois ou en carton

Le cercueil aussi peut être plus écologique et notamment biodégradable pour ne pas polluer le sol. D'une manière générale, on vous conseille de privilégier les matières naturelles, comme le bois sans peinture. Vous pourrez aussi opter pour un cercueil en carton, qui est aussi une solution économique.

Lors du choix du cercueil, n'hésitez pas à questionner les pompes funèbres sur la composition du cercueil. Vous pouvez vous assurer que la colle utilisée soit écologique ou encore que le bois soit bio.

Une nouvelle pierre tombale verte

La pierre tombale est un véritable fléau écologique. Entre l'extraction de la pierre, le traitement des matériaux et le transport, c'est ce qui pèse le plus sur l'impact environnemental d'un enterrement.

Il existe fort heureusement des alternatives, avec des plaques tombales en bois ou encore en cuir. Vous pourrez même choisir de planter un arbre, pour un véritable geste écologique.

Des fleurs de saison

Pour le choix des fleurs, au moment de la cérémonie, ou quand vous choisirez de vous rendre sur la tombe du défunt, vous pouvez aussi faire des choix écologiques. Nous vous conseillons par exemple de privilégier des fleurs locales et de saison. Pas question de faire importer des fleurs depuis l'autre côté du monde.

Vous pouvez aussi privilégier les plantes en pot aux fleurs coupées. Elles auront une meilleure durée de vie.

Pas de gros convoi funéraire

Le convoi funéraire en voiture a un impact environnemental important. Pour un enterrement écologique en France, vous avez la possibilité d'effectuer le convoi à pied, si la distance le permet. C’est souvent le cas dans les villages.

Certaines entreprises de pompes funèbres proposent des alternatives comme le corbillard-vélo. Ici, pas de pollution sonore, ni d’émission de gaz à effet de serre en prévision.

Pour la crémation

La crémation est plus écologique que l'inhumation. Et moins chère. Vous pouvez encore réduire son impact environnemental, grâce à quelques choix simples.

Un cercueil bien choisi

Le choix du cercueil est absolument primordial pour une crémation à moindre impact environnemental. Les pompes funèbres vous guideront, en choisissant un cercueil compatible avec cette solution.

Sachez que le cercueil en carton n’est pas la meilleure solution dans le cadre d'une incinération. En effet, il s'agit d'un combustible bien moins efficace que le bois, qui nécessite un temps de crémation plus important qu’avec du bois.

Urne funéraire biodégradable

Les urnes funéraires, au même titre que les cercueils, peuvent être biodégradables. Certaines peuvent même se transformer en arbre, pour un bel hommage à la personne décédée.

Quelle que soit l’alternative que vous choisiriez, elles sont généralement composées à 100 % de matières naturelles, pour ne pas polluer. Vous pourrez même fabriquer vous-même une urne en bois.

Les lieux dédiés à votre disposition en France

Le lieu que vous choisirez pour votre inhumation ou pour répandre les cendres peut aussi être écologique.

Que faire des cendres du défunt ?

Les cendres peuvent être dispersées dans un endroit prévu à cet effet dans un cimetière ou sur un site cinéraire. Vous pouvez aussi choisir de disperser les cendres d'un défunt en pleine nature, à partir du moment où vous ne vous trouvez pas sur une voie publique. Attention, les rivières et les fleuves sont considérés comme des voies publiques.

Les cendres sont biodégradables et peuvent donc être dispersées sans risque de pollution. Cette solution peut donc épouser vos convictions écologiques.

Bon à savoir

Contrairement aux idées reçues, en France, il est impossible de conserver les cendres d'un défunt chez soi. Il est aussi interdit de les disperser dans plusieurs endroits différents. Le corps est perçu comme un tout, dont les éléments ne doivent pas être dispersés sur plusieurs lieux.

Le cimetière écologique

L'enterrement en pleine terre reste la solution la plus écologique, si vous souhaitez opter pour l'inhumation. C'est le principe pour poser dans les cimetières naturels, plus respectueux de l'environnement. Vous n'y trouverez aucune pierre tombale polluante. Sur place, l'idée est aussi de proposer une vision du cimetière plus empreinte d’écologie aux visiteurs.

Vous pouvez par exemple opter pour le cimetière de Souché, qui a été le premier à proposer cette alternative sur notre territoire. Ces lieux restent toutefois assez rares en France.

Les forêts cinéraires

Les forêts cinéraires représentent peut-être la meilleure alternative écologique dans le cadre de l'innovation. Il s'agit de forêts durables, dans lesquelles les dépouilles sont disposées au pied des arbres. L'identité des défunts est représentée par une petite plaque de bois biodégradable.

Cette alternative avait été brièvement autorisée en France en 2019. Elle est désormais perçue comme incohérente avec la législation en vigueur concernant les enterrements. Vous ne pourrez pas opter pour cette solution d'enterrement écologique en France pour l’instant.

Ailleurs dans le monde

Ailleurs dans le monde, il existe d'autres procédés qui ne sont pas autorisés en France.

  • L'humusation est par exemple une sorte de compostage des défunts.
  • Il est aussi possible d'opter pour l'aquamation, qui est une crémation par l'eau, ou le corps se décompose dans un cylindre en métal.
  • Pour finir, la promession est une alternative par laquelle le corps du défunt est congelé à l'aide d'azote liquide. Il est ensuite réduit en poudre 100 % biodégradable.

Quelle que soit l’alternative écologique pour laquelle vous souhaitez opter pour vos propres funérailles, n'hésitez pas à en parler à vos proches. Vous pouvez aussi rédiger vos dernières volontés chez un notaire afin de préparer vos funérailles de votre vivant.